Tags

,

467075_547995168572306_1759011118_o
Né à Genève en 1966, est romancier, essayiste, formateur d’adulte et consultant expert de police pour le Cabinet Delachaux & Maillard et la Tribune de Genève. Il a été 16 ans policier (1992 – 2008), expert fédéral en Ethique et Droits de l’Homme pour les examens des policiers. Il est aujourd’hui enseignant en Haute Ecole de travail social et expert fédéral pour le brevet de Spécialistes en Asile et Migration.

922982_544185288953294_1638384840_n Le héros de cette autofiction est un vrai flic. Voilà dix ans qu’il arbitre les bisbilles de voisinage, dépanne la copine prostituée qui a perdu la clé des menottes de son client, chasse les fantômes qui hantent les petits vieux, fonce dans des poursuites nocturnes.
Mais toute cette agitation n’empêche pas ce flic de broyer du noir et d’avoir des doutes sur la justice! À quoi bon arrêter encore ce petit dealer qui recommencera demain et comment rester professionnel quand les préjugés se renforcent de jour en jour?
D’une intervention à l’autre, on fait connaissance avec un quartier chaud, ses personnages, ses travers, ses ombres. Mais on rencontre surtout un flic déroutant qui trouve auprès des marginaux la chaleur humaine et les valeurs dont il a besoin pour vivre.
La puissance de l’écriture comme outil de déchiffrement de soi, l’émerveillement devant les modèles littéraires, le goût pour l’autre font de ce texte un très beau chemin vers soi.946948_544872265551263_1354013311_n “J’écris tous les jours. Je n’écris certainement pas une réalité, mais ce n’est cependant pas une imposture. J’écris un songe. Je songe en m’écrivant. J’ai la nécessité de cette illusion car j’imagine les vies qui auraient pu être si elles n’étaient pas seulement imaginées. Sont-elles seulement imaginées ? Je n’écris que si je trouve une juste distance entre ma réalité et mes fantaisies.

Pourquoi écrire ?

Une nécessité pour dire, rêver, discuter, polémiquer, combattre et découvrir. J’ai besoin de temps pour me mettre à écrire, l’énergie vient doucement. Puis, je me trouve une excuse. J’ai peur. Je sais qu’au premier coup de crayon il est trop tard pour renoncer. L’aventure s’esquisse dès la première ligne, s’en suit un paragraphe, un chapitre, une histoire, une nouvelle, une chronique, un livre…

Je ne sais toujours pas pourquoi j’écris, alors dans le doute je continue.”

Il nous propose aujourd’hui (dans les librairies à partir du 5 juin 2013) son nouveau roman “DEROUTE” 427__240x160_deroute

Après sa démission de la gendarmerie, Patrick Delachaux a entamé un voyage au long cours. Vietnam, Europe, États-Unis, Cuba, sur les traces d’auteurs qu’il admire, il s’interroge sur les raisons qui l’ont poussé à quitter un chemin tout tracé, sur sa fascination pour l’aventure, sur le rôle que joue l’écriture dans ce parcours dérouté. La curiosité de Patrick Delachaux concernant le processus de création, sa boulimie de la diversité du monde prennent les lecteurs à témoin : que cherche-t-on dans le voyage, à quoi répond l’écriture, quel rêve est-il en train d’apaiser ?
327843_247388938632932_6846906_o
394296_311851395520019_18477772_n

Les textes et les photos ont été recopiés du site internet de Yves Patrick Delachaux où vous trouverez toutes les infos utiles et autres romans du même auteur: http://www.flicdequartier.ch/romans
Flic de Quartier et Grave Panique aussi en format numérique chez Payot (CH) ou Zebook.com (F)

Advertisements